• Langue Fr
  • Langue En
  • Langue Es

Naïve maison d'artistes

Rinaldo Alessandrini

Rinaldo Alessandrini

Classique - Chef d'orchestre, clavecin

voir la fiche

Scarlatti Magnificat, Dixit Dominus

Rinaldo Alessandrini - Rinaldo Alessandrini

Classique - 27/03/2007 - ISBN OP30350 - ref

écouter l'album
  1. 1.  Dixit Dominus: Dixit Dominus
  2. 2.  Dixit Dominus: Donec Ponam
  3. 3.  Dixit Dominus: Dominus a Dextris Tuis
  4. 4.  Dixit Dominus: De Torrente
  5. 5.  Dixit Dominus: Gloria Patri
  6. 6.  Dixit Dominus: Sicut Erat in Principio
  7. 7.  Madrigali: Sdengno la Fiamma Estinse
  8. 8.  Madrigali: Mori, mi Dici
  9. 9.  Madrigali: O Selce, o Tigre, o Ninfa
  10. 10.  Madrigali: O Morte
  11. 11.  Madrigali: Arsi un Tempo
  12. 12.  Magnificat: Magnificat
    • 13.  Magnificat: Et Exultavit
    • 14.  Magnificat: Quia Respexit
    • 15.  Magnificat: Fecit Potentiam
    • 16.  Magnificat: Deposuit Potentes
    • 17.  Magnificat: Esurientes Implevit Bonis
    • 18.  Magnificat: Sicut Iocutus est
    • 19.  Magnificat: Gloria Patri
    • 20.  Magnificat: Sicut Erat in Principio
    • 21.  Magnificat: Amen
  13. voir les 21 titres

Alessandro Scarlatti 1660-1725 Magnificat Dixit Dominus Madrigali Concerto Italiano Rinaldo Alessandrini Anna Simboli, Elisabetta Tiso sopranos Paolo Costa alto Gianluca Ferrarini...

Alessandro Scarlatti 1660-1725 Magnificat Dixit Dominus Madrigali Concerto Italiano Rinaldo Alessandrini Anna Simboli, Elisabetta Tiso sopranos Paolo Costa alto Gianluca Ferrarini ténor Sergio Foresti basse Ignazio Schifani orgue et clavecin Eduardo Eguez chitarrone Tout comme Bach, Alessandro Scarlatti excelle dans la polyphonie : à une mélodie confiée à un instrument soliste, il préfère jouer avec plusieurs voix qui s’entrecroisent. Et tout comme Bach, sa musique est d’une grande modernité. Combinaison inouïe d’éléments nouveaux et d’archaïsmes qui, en cette fin de siècle, brillent de leurs derniers feux, sa musique sacrée s’engage petit à petit sur la voie de l’opéra. Ainsi le Dixit Dominus, "chef-d’oeuvre d’élaboration contrapuntique" comme l’écrit Rinaldo Alessandrini dans le texte de présentation de ce disque, alterne de courtes pages très contrastées d’une virtuosité incroyable, alors que le très émouvant Magnificat laisse plus de place aux solistes. De la même manière, le madrigal tendait à disparaître au profit du concerto : en reprenant la tradition à son compte, Scarlatti traite les voix en véritables instruments, ce qui donne à la musique encore plus de relief et de couleur que si elle était jouée par un violon ou une flûte.
lire la suite