• Langue Fr
  • Langue En
  • Langue Es

Naïve maison d'artistes

Perelà, Uomo di fumo

Pascal Dusapin - Pascal Dusapin

Classique - 15/02/2005

  1. 1.  Chapitre 1 - L'utero nero - scena 1
  2. 2.  L'utero nero - scena 2
  3. 3.  L'utero nero - scena 3
  4. 4.  L'utero nero - scena 4
  5. 5.  L'utero nero - scena 5
  6. 6.  L'utero nero - scena 6
  7. 7.  Chapitre 2 - Le thé
  8. 8.  Chapitre 3 - dieu
  9. 9.  Chapitre 4 - le thé - scena 1
  10. 10.  Le thé - scena 2
  11. 11.  Le thé - scena 3
  12. 12.  Le thé - scena 4
    • 13.  Chapitre 5 - Bellonda & perelà
    • 14.  Chapitre 6 - La fin d'Alloro...
    • 15.  La fin d'Alloro - scena 2
    • 16.  Chapitre 7 - pourquoi ? - scena 1
    • 17.  Pourquoi ? - scena 2
    • 18.  Chapitre 8 - le procès de perelà...
    • 19.  Le procès de perelà - scena 2
    • 20.  Chapitre 9 - le code de perelà
    • 21.  Chapitre 10 - sa légèreté perelà
  13. voir les 21 titres

Quatrième et plus ambitieuse des oeuvres lyriques de Pascal Dusapin, Perelà, Uomo di fumo est à la fois celle qui ressemble le plus à l'opéra traditionnel (riche distribution...

Quatrième et plus ambitieuse des oeuvres lyriques de Pascal Dusapin, Perelà, Uomo di fumo est à la fois celle qui ressemble le plus à l'opéra traditionnel (riche distribution vocale à laquelle sont confiés de grands airs, choeurs et orchestre amplement fournis), et une vaste synthèse de ses préoccupations musicales de ces quinze dernières années. Perelà est donc un rendez-vous important de la discographie de ce compositeur majeur de notre temps. Le roman énigmatique d'Aldo Palazzeschi (écrit en 1911), dont Dusapin propose une adaptation rigoureusement fidèle, relate l'apparition et la "passion" d'un "Homme de fumée", témoin incrédule et involontaire d'une société archétype, corrompue et décadente. Fasciné par ce texte avec lequel il entretient pendant les dix ans de genèse de l'oeuvre "une histoire d'amour", le compositeur y voit "une transfusion du monde de la musique vers un monde littéraire presque mystique, et réciproquement ". Plus encore qu'une démonstration de sa maîtrise de tous les aspects de l'art lyrique, il nous offre ici une fable complexe et généreuse sur l'intolérance spirituelle et politique. Après une première série de représentations triomphales à l'Opéra National de Paris-Bastille en février 2003, l'oeuvre fut reprise à l'Opéra National de Montpellier, dont les forces montrent encore une fois leur parfaite adéquation au répertoire contemporain sous la direction du jeune chef Alain Altinoglu.
lire la suite