• Langue Fr
  • Langue En
  • Langue Es

Naïve maison d'artistes

Mozart: piano concertos nos. 12, 21, 23

Fazil Say - Fazil Say

piano - 15/06/2004 - Code ean 0822186049921 - ref V4992

écouter l'album
  1. 1.  Concerto n°12 K414 in A major (Allegro)
  2. 2.  Concerto n°12 K414 in A major (Andante)
  3. 3.  Concerto n°12 K414 in A major (Allegretto)
  4. 4.  Concerto n°21 K467 in C major (Allegro Maestoso)
  5. 5.  Concerto n°21 K467 in C major (Andante)
  6. 6.  Concerto n°21 K467 in C major (Allegro Vivace Assai)
  7. 7.  Concerto n°23 K488 in A major (Allegro)
  8. 8.  Concerto n°23 K488 in A major (Adagio)
  9. 9.  Concerto n°23 K488 in A major (Allegro Assai)

Le lien qui unit Fazil Say à Mozart est évident. A l'écoute d'abord : on entend dans ses interprétations mozartiennes une liberté et un naturel tels que ses conceptions pourtant si personnelles apparaissent tout simplement 'évidentes'. Le premier disque du pianiste turc était consacré au compositeur autrichien, et son succès a été immédiat. Depuis il n'a cessé de jouer Mozart sur toutes les scènes du monde, en particulier les trois célèbres concertos qu'il a enregistrés ici avec l'Orchestre de Chambre de Zürich sous la direction d'Howard Griffiths.

De ces trois oeuvres pleines d'émotion, de grâce et de sérénité, traversées parfois d'accents plus dramatiques, il nous livre une interprétation frémissante, d'une fraîcheur, et d'une énergie revigorantes. Comme Gulda, qui lui aussi composait et passait volontiers de Mozart au jazz, il a écrit ses propres cadences, généreuses, spontanées, pour le 21ème concerto (dont le sublime mouvement central est, d'après Olivier Messiaen, " une des plus belles pages de la musique de Mozart et de toute la musique "), reprenant les cadences de Mozart lui-même pour les deux autres concertos. Et parce que le genre du concerto est autant une affaire d'orchestre que de piano, il a voulu enregistrer en se plaçant au milieu même des instrumentistes du Zürcher Kammerorchester, mêlant ses sonorités aux leurs, faisant de ces ouvres de véritables dialogues musicaux. Il en résulte un disque tout sauf fade, résolument unique, plein de vie et d'énergie - du pur Mozart.
lire la suite