• Langue Fr
  • Langue En
  • Langue Es

Naïve maison d'artistes

La Voce di Orfeo

Furio Zanasi - Furio Zanasi

Classique - 01/04/2009 - Durée 62' - Code ean 822186089255 - ref E8925

écouter l'album acheter sur naïve store
  1. 1.  Sinfonia | Eduardo Egüez & Io son amante di un crin aurato | Benedetto Ferrari
  2. 2.  Fillia mia, Filli dolce | Francesco Rasi
  3. 3.  Amor l'ali m'impenna | Torquato Tasso
  4. 4.  Vorrei baciarti, o Filli | Sigismondo d'India
  5. 5.  Passamezzo | Eduardo Egüez
  6. 6.  Dolcissimo sospiro | Giulio Caccini
  7. 7.  Dalla porta d'Oriente | Giulio Caccini
  8. 8.  Sinfonia | Eduardo Egüez
  9. 9.  Rosa del Ciel | Claudio Monteverdi
  10. 10.  E si lieto il mio core | Francesco Rasi
  11. 11.  In morte di Madonna | Marc' Antonio Gondi
  12. 12.  Dove misero mai | Francesco Rasi
    • 13.  Solo di arpa dall'opera L'Orfeo | Claudio Monteverdi
    • 14.  Cara mia cetra | Sigismondo d'India
    • 15.  Vedro il mio sol | Giulio Caccini
    • 16.  Un guardo ohime ch'io moro | Francesco Rasi
    • 17.  Che vegg'io ohimè | Sigismondo d'India
    • 18.  Sinfonia | Eduardo Egüez
    • 19.  Et è pur dunque vero | Claudio Monteverdi
    • 20.  Sfogava con le stelle | Ottavio Rinuccini
    • 21.  Sovente allor | Sigismondo d'India
    • 22.  Mille regretz | Josquin Desprez
    • 23.  Porto celato il mio nobil pensiero | Anonyme
    • 24.  Non havea Febo ancora | Antonio Brunelli
  13. voir les 24 titres

LA VOCE DI ORFEO Gli amori di Francesco Rasi Furio Zanasi (baryton) Giulio Casati (narrateur) La Chimera : Sabina Colonna Preti (viole de gambe | violone | lirone) Marina...

LA VOCE DI ORFEO Gli amori di Francesco Rasi Furio Zanasi (baryton) Giulio Casati (narrateur) La Chimera : Sabina Colonna Preti (viole de gambe | violone | lirone) Marina Bonetti (harpe triple) Eduardo Egüez (luth | archiluth | chitarrone | guitare baroque) François Fernandes (violone) "Le programme conçu par La Chimera propose en effet un parcours articulé en trois temps, chacun d’entre eux représentant un état amoureux que Francesco Rasi expérimentait régulièrement à travers les oeuvres qu’il chantait et qu’il composait. La première section, centrée autour du désir, met en valeur les deux pôles chronologiques du répertoire, à travers les fi gures de Benedetto Ferrari et Giulio Caccini : si celui-ci, professeur de Rasi à Florence, est l’un des premiers à avoir composé pour voix seule et basse continue, Ferrari appartient à une génération pour laquelle le style monodique constituait le véhicule naturel de l’expression musicale. La section centrale évoque la fi gure d’Orphée, et s’organise selon un parcours qui retrace l’histoire du chanteur mythique. Il faut relever ici, à côté des oeuvres de Monteverdi et Gagliano que Rasi fréquentait quotidiennement, le remarquable air de Sigismondo d’India mettant en musique la perte défi nitive de la bien aimée. D’India, sûrement le plus grand compositeur de monodies de son temps avec Monteverdi, avait fait plusieurs séjours à la cour de Florence et à Mantoue au cours de la première décennie du XVIIe siècle. Enfi n, la dernière partie du disque est consacrée à l’impossibilité amoureuse et aux souffrances qu’elle provoque, thème cher s’il en fut aux poètes de la Renaissance et du Baroque. Des différentes oeuvres présentées ici, la plus surprenante est sans nul doute la dernière. La lecture musicale particulièrement légère qu’Antonio Brunelli propose de la célèbre plainte du poète fl orentin Rinuccini s’éloigne autant qu’il est possible du chef-d’oeuvre bien connu de Monteverdi, bâti sur le même texte. Peut-être doit-on y voir l’insouciance avec laquelle Rasi, condamné dans sa patrie à la peine de mort par pendaison et écartèlement, a continué de chanter pendant plus de dix ans dans les cours d’Italie et d’Europe sans être inquiété, protégé qu’il était par ses magnifi ques talents vocaux et instrumentaux."
lire la suite