• Langue Fr
  • Langue En
  • Langue Es

Naïve maison d'artistes

Rinaldo Alessandrini

Rinaldo Alessandrini

Classique - Chef d'orchestre, clavecin

voir la fiche

Bach, Vivaldi, Marcello

Rinaldo Alessandrini - Rinaldo Alessandrini

Classique - 18/06/2004

  1. 1.  Marcello - Adagio...
  2. 2.  Marcello - Vivace
  3. 3.  Marcello - Adagio...
  4. 4.  Marcello - Prestissimo
  5. 5.  Vivaldi - Allegro...
  6. 6.  Vivaldi - Largo
  7. 7.  Vivaldi - Allegro
  8. 8.  Marcello - Andante...
  9. 9.  Marcello - Adagio
  10. 10.  Marcello - Presto
  11. 11.  Bach - Allegro
  12. 12.  Bach - Andante
    • 13.  Bach - Presto
    • 14.  Vivaldi - Allegro
    • 15.  Vivaldi - Largo
    • 16.  Vivaldi - Allegro
    • 17.  Vivaldi - Largo...
    • 18.  Vivaldi - Presto
    • 19.  Vivaldi - Il Sonno
    • 20.  Vivaldi - Allegro
  13. voir les 20 titres

Homme d'affaire avisé, Antonio Vivaldi veut s'assurer la meilleure qualité d'impression et de diffusion pour les oeuvres qu'il décide de publier. Ainsi...

Homme d'affaire avisé, Antonio Vivaldi veut s'assurer la meilleure qualité d'impression et de diffusion pour les oeuvres qu'il décide de publier. Ainsi s'adresse-t-il aux très performantes maisons d'édition d'Amsterdam pour ses recueils de concertos opus 3 (L'estro armonico, 1711) et 4 (La stravaganza, 1714), entre autres. Le succès ne se fait pas attendre : sa célébrité et celle du concerto vénitien dont il est le plus brillant représentant, devient vite européenne. A tel point que bientôt, à la petite cour allemande se Saxe-Weimar, un jeune Kapellmeister du nom de Jean-Sébastien Bach va les étudier, et même transcrire pour clavecin quelques-uns parmi les meilleurs de ces concertos, qui l'inspireront dans ses propres compositions... Voilà le décor planté pour ce séduisant disque de Rinaldo Alessandrini, dont les talents d'interprète de Vivaldi et de Bach ne sont plus à démontrer : on se souviendra d'un très beau récital de musique de clavecin "à l'italienne" de Bach. Ici, à la tête de son Concerto Italiano qui fête cette année son vingtième anniversaire, non content de nous proposer les versions originales de quatre magnifiques concertos qui avaient attiré l'attention de Bach transcipteur (dont deux composés par les talentueux frères Marcello), sans parler du célébrissime concerto pour flûte et cordes La notte, il nous offre en prime sa propre reconstruction du Concerto italien du Cantor de Leipzig dans ce qui aurait pu être sa version primitive, désormais perdue. Ainsi, le chef-d'oeuvre pour clavecin seul devient ici un "vrai concerto pour violon et cordes, dont la vigueur bondissante et la lisibilité exemplaire sont totalement convaincantes. Voici le transcripteur transcrit - et pour notre plus grand plaisir !
lire la suite