• Langue Fr
  • Langue En
  • Langue Es

Naïve maison d'artistes

Baptiste Trotignon

Baptiste Trotignon

Jazz - Piano

Baptiste Trotignon (né en 1974) commence le piano à l'age de 8 ans. Adolescent, il
découvre le jazz et l'improvisation qu'il apprend en autodidacte. En 1994, il est à la fois
pianiste et comédien dans le film d'Alain Corneau "Le Nouveau Monde", et un an plus
tard, décide de s'installer à Paris.
Il monte en 1998 son trio avec Clovis Nicolas (contrebasse) et Tony Rabeson (batterie)
et signe avec le label indépendant Naïve: ses deux premiers albums "Fluide" et
"Sightseeing" le révèlent, à 26 ans, comme l'un des plus spectaculaires, complets
et séduisants pianistes de la nouvelle génération. Il se voit alors décerner plusieurs
récompenses: Django d'Or, Prix Django Reinhardt de l'Académie de Jazz, Révélation
française aux Victoires du Jazz 2003, et il obtient également en 2002 le Grand Prix du
Concours International Martial Solal. Suivent à partir de 2003 deux albums en piano
solo, tous deux grandement salués par la presse et le public ("Solo" et "Solo II"), et
Baptiste commence alors à être présent sur la plupart des grandes scènes françaises
et internationales: Salle Pleyel, Marciac, Montréal, Vienne, Nice, Montreux, Toronto,
La Roque d'Anthéron, Piano aux Jacobins... A partir de 2005 il entame une période
de collaboration musicale avec le saxophoniste David El-Malek qui donnera naissance
à deux albums en quartet, ainsi qu'avec Aldo Romano (dont l'album "Flower power",
reprises de chansons pop des années 70).
Au cours des années suivantes il multiplie les rencontres éclectiques tout en continuant
à développer une musique résolument ouverte et bouillonnante: concerts en duo avec
des improvisateurs de haut vol comme Tom Harrell, Brad Mehldau ou encore avec les
pianistes classiques Nicholas Angelich et Alexandre Tharaud; direction artistique de
soirées-hommages à Edith Piaf et Claude Nougaro à Montreux; musique de film pour le
"Sartre" de Claude Goretta; tournées à l'orgue Hammond B3 avec le "Trouble shootin'"
de Stefano Di Battista…

Début 2009 sort le premier album "américain" de Baptiste, "Share", enregistré à New-
York. Il y retrouve Eric Harland et y réunit Tom Harrell (légende vivante et inimitable de
l'histoire du jazz) et Mark Turner. L'album est un succès et sera suivi d'un Live survolté
enregistré à Londres ("Suite…"-2010) . Dans les mois qui suivent il en écrit une version
avec orchestre à cordes et vents créée au Festival Jazz in Marciac.
La Sacem lui décerne en novembre son Grand Prix du Jazz 2011.
En 2012, outre plus de 80 concerts en France et Europe ainsi qu'en Asie, Baptiste sort
à l'automne un album étonnant et audacieux intitulé "Song Song Song" où il évoque son
amour de la voix et invite une belle poignée d'artistes à se joindre à lui, dont Miossec
(avec qui il co-écrit 2 titres) et Melody Gardot. A la même période est créé son Concerto
pour Piano "Different Spaces" par Nicholas Angelich, Commande de l'Orchestre National
Bordeaux Aquitaine, première pièce orchestrale d'envergure totalement écrite et sans
improvisation, accueillie avec beaucoup d'enthousiasme et pour laquelle Baptiste est
nommé aux Victoires de la Musique Classique 2014 en tant que Compositeur de l'année.
Il développe cette nouvelle facette de son travail également dans le domaine de la
musique de chambre: Quatuor à Cordes "Empreintes", Sonate pour Flûte et Piano…
Après un album acoustique de ballades réalisé en duo avec le saxophoniste Mark Turner
("Dusk is a quiet place", 2013), le jeune quadragénaire présenté par "Le Monde" comme
"Une leçon, un modèle, la perfection de A à Z" revient en 2014 à l'art du trio avec "Hit",
avec à ses côtés son fidèle partenaire Thomas Bramerie et le maitre américain du groove
Jeff Ballard.


voir la bio complète

Concerto pour piano DIFFERENT SPACES

Baptiste Trotignon - Baptiste Trotignon

Jazz - 11/09/2015

Au-delà de mon travail d'improvisateur dans l'espace du jazz et des musiques afro- américaines, j'ai toujours aimé me confronter aux maitres européens, compositeurs et créateurs d'univers qui m'ont nourri, inspiré et fait rêver, quelles que soient les formes que prenaient la musique sous mes doigts au piano; une façon de me sentir proche d'eux, de marcher avec eux, d'apprendre à parler la même langue.

La génèse de mon Concerto pour Piano est une histoire de rencontres. D'un point de vue identitaire, celle de ma culture d'européen avec mes amours d' Outre-Atlantique, culture afro- ou sud- américaine et plus généralement toute cette culture du rythme qui découle de ces musiques du XXème siècle et qui est la plupart du temps absente de la culture musicale populaire en Europe ( à part dans certaines régions d'Europe Centrale et en Espagne avec le flamenco ). La chaleur de ces pulsations m'est indispensable. D'un point de vue humain, celle de Nicholas Angelich : nous avions partagé la scène au cours de la création d'une pièce de Frédéric Verrières en 2003 écrite pour orchestre, piano soliste et trio de jazz, et sommes restés discrètement mais fidèlement en contact au fil des années, parfois autour d'un concert, parfois autour d'un bon repas… Au-delà de son talent et de sa grande maîtrise instrumentale qu'il n'est plus besoin de présenter j'ai toujours aimé chez lui une profonde sincérité et son sens inné de la liberté au piano, à la fois dans la palette sonore et dans l'intention expressive qui découle de ses interprétations.

Courant 2010 je sens en moi cette envie d'écrire pour des formes plus larges que celles que j'avais pratiquées jusqu'à maintenant notamment et essentiellement dans le domaine du jazz. J'écris de la musique depuis mes années adolescentes, mais l'éternelle insatisfaction qui pousse les artistes à chercher ailleurs que là où ils sont commencait à me faire sentir une forme de limitation dans cet idiome - qui n'a rien de limité bien entendu ! je précise avant d'entendre fuser des raccourcis simplistes : je parle juste d'une sensation intérieure quant à mes capacités à donner et créer. L'idée d'un Concerto pour Piano vient spontanément à moi, point de jonction naturel entre mon instrument et cette culture « classique » européenne qui me nourrit depuis tant d'années. Je tiens tout de suite à éviter d'être le « pianiste de jazz qui s'écrit son propre Concerto » pour privilégier l'idée d'affirmer ma vision de compositeur et choisit donc de ne PAS être moi-même l'interprète de la pièce. Curieusement, moi qui suis comme beaucoup d'entre nous assailli souvent d'une multitude de doutes et angoisses inutiles, je n'ai aucune hésitation à l'idée de proposer le projet à Nicholas, et je l'appelle de ce pas pour lui dire : "Je veux t'écrire un Concerto pour Piano" ! De sa belle voix nonchalante et généreuse il lâche un grand "Oh my God!…" , et nous nous voyons peu de temps après pour en parler plus précisément. Il accepte l'idée, en me demandant juste en toute humilité de ne pas oublier de prendre en compte ses paramètres de planning de soliste ! et dans une totale confiance qui continue encore de m'étonner je l'avoue, moi qui n'avais écrit que quelques rares pièces pour cordes et autres instrumentations « classiques », l'aventure commence.

L'écriture aura pris une petite année ( pas exclusive bien entendue car partagée entre toutes les différentes facettes d'une vie de musicien ), alternant moments d'exaltation et désespoirs d'après nuits blanches infructueuses…L'aventure devient soudainement non plus un rêve mais une réalité avec l'engouement de Paul-Arnaud Pejouan pour le projet suivi de près par celui de Charles Guivarch et de l'Orchestre National de Bordeaux-Aquitaine, et une date de création de l'œuvre est alors fixée à novembre 2012. C'est parti ! Je salue au passage deux compositeurs qui m'ont aidé par quelques conseils avisés et tout simplement encouragé ne serait que par le fait d'avoir accepté de consacrer quelques heures à l'observation de mes partitions en friche : Bernard Cavanna et sa folie maitrisée ( et accessoirement mon ancien « directeur » lorsque j'étais étudiant au Conservatoire de Genevilliers ) et Philippe Hersant et son raffinement exemplaire.

À propos de la pièce elle-même : Different Spaces ( au-delà du clin d'œil à Steve Reich )… parce-que les espaces créés par la composition y sont différents de ceux créés par l'idiome dont je suis le plus coutumier, et peut-être aussi parce-que l'espace de création possible dans les métissages des différents héritages m'a toujours profondément enthousiasmé. Comprendre les différences, nos différences, d'une culture à l'autre, d'une pratique à l'autre, est tout simplement la meilleure façon de se connaitre et se comprendre soi- même, et par là même d'affirmer un style et une esthétique que l'on peaufine, sculpte et façonne au fil des années.

En tant que première pièce d'envergure que j'écris pour orchestre, ce Concerto est à la fois un aboutissement dans le sens où il syncrétise un certain nombre d'obsessions musicales et de recherches, et une introduction à d'autres envies et fantasmes encore à réaliser. Je n'ai pas eu l'intention d'y caser ou renouveler tous les codes inhérents à cette forme, simplement d'en utiliser un certain nombre au fil du développement des idées musicales. De la même façon je n'ai pas souhaité y inscrire un déchainement de virtuosité du soliste, et à cet égard la cadence à la fin du dernier mouvement autour d'une note répétée et d'un choral est plutôt un manifeste de « non-virtuosité ».

On y entendra probablement beaucoup de sources d'inspirations, des compositeurs de l'Est aux musiques américaines du XXème siècle en passant par de nombreuses références à cette élégance « à la française » que j'affectionne, mais par contre avec très peu d'allusions jazzistiques dans l'esthétique, essentiellement parce-que l'essence même du langage afro-américain repose sur deux éléments qui sont absents des modes d'interprétation d'un orchestre « classique »: le swing ( une certaine conception du rythme et de la danse ) et l'expressivité du blues .

La pièce est construite en 4 mouvements mais clairement articulé en deux parties: les deux premiers mouvements se suivent d'un seul trait pour aller jusqu'à un final brillant - bruyant !? - , et le 4ème mouvement, enchainé à l'Adagio central, se termine également par un Agitato Accelerando jusqu'à la rupture finale. J'ai voulu dès les premières notes du piano au tout début signifier cet attachement aux « nobles dissonances » comme j'aime les nommer, ici une 9ème mineure plaquée et fausse relation au sein d'une phrase qui se développe en arabesques lentes autour d'une mélodie sereine. Peu après apparait joué au piano le thème principal qui se transforme et s'agite au fil des couleurs changeantes de l'orchestre pour disparaitre progressivement dans les développements. Un choral joué par les cuivres fait office de cadence et nous amène à l'épilogue qui évoque la mélodie quasi-pentatonique de l'introduction et annonce les motifs du deuxième mouvement, sorte de Scherzo néo-classique, ludique et nostalgique à la fois (amours de jeunesse !). Le mouvement lent qui suit est un peu mon Eusebius, en version lunaire et déjantée, respiration vitale avant la course effrénée du 4ème et dernier mouvement, conçu « d'un seul souffle », comme quelque chose d'un peu épique qui effacerait sur son passage l'histoire qui s'est déroulée auparavant.

Les pièces pour piano qui complétent cet album ont été écrites spécialement pour l'occasion. Concues comme deux petits tryptiques, en pensant tout particulièrement sur les Trois Préludes pour piano seul à la sonorité très sensuelle de Nicholas. Dans ces trois pièces j'ai essayé d'évoquer sous différentes formes une sorte de nostalgie un peu sombre mais jamais totalement, « Kind of blue » diraient certains… « Kind of grey » est peut-être plus approprié ici. Jouer sur les lumières…

Dans les Trois Pièces pour deux pianos j'ai rejoint Nicholas au second piano, façon de mettre dans la matière cette histoire partagée. La première est un petit hommage presque ludique aux musiques répétitives américaines ; la seconde une pièce lente plus extatique et mystérieuse; et la troisième – avec son clin d'œil beethovenien sur les premières mesures - est de nature plus motorique avec quelques rythmes peu usités dans l'idiome « classique » où je me suis permis sur quelques mesures d'improviser quelques lignes jazzistiques, comme pour « boucler la boucle »…
 

disponible sur les plateformes

galerie de l'artiste